CHAPITRE 9


De ma planque, je vois débarquer une patrouille de police. C’est la fin du couvre-feu. Ils viennent décadenasser les grosses chaînes pourries qui ferment les grilles du parc. Ils disent que c’est trop dangereux ! Mais peut-être qu’ils ont peur eux aussi des SDF ? J’entre après… mille ans ! Wow il reste encore un peu de nature ici ! J’avais presque oublié à quoi ressemble un arbre, de l’herbe, une pierre, un oiseau. Étrange, cette atmosphère apaisante. Je croise des SDF, mais ils s’éloignent de moi. Pas très coopératifs, les mecs. Qu’est-ce qu’ils schlinguent, en plus ! Ils ne se lavent jamais c’est dégueu ! Je m’assois sur un tronc et j’attends. Au bout d’un moment, constatant que je suis seul, ils se rapprochent et acceptent de causer avec moi.

Le vieux SDF : Alors gamin, on vient dire bonjour à la Mère-Terre ? Je ne crois pas t’avoir jamais vu ici !

Moi : Pas vraiment, non. Je cherche seulement le gardien du parc ?

Le vieux SDF : Ça n’a l'air de rien, mais…

Moi : C'est rien de le dire. À part quelques vestiges de nature, on dirait une décharge, ici.

Le vieux SDF : Hum. Peut-être que maintenant, c'est le cas. Mais il n'en a pas toujours été ainsi.

Moi : Je n'arrête pas d'entendre les mêmes salades… Que c’était mieux avant la catastrophe…

Le vieux SDF : Oui, tout a été transformé en désert ! Mais la Mère-Terre, avec le temps, finit toujours par reprendre le dessus et ramène la vie. Se couper de la nature, c’est très dangereux.

Malgré leur aspect repoussant, les SDF aiment le parc et se sentent proches de la nature. C’est rassurant et je commence même à éprouver un peu de compassion pour eux. C’est alors qu’un jeune SDF s’approche et me demande de but en blanc de relever mes manches.

Moi : Relever mes manches ? Et pourquoi pas me foutre à poil pendant qu’on y est ?

Malgré le côté surprenant de la question, je m’exécute devant ce mec. Il se présente, il s’appelle Wilde et a l’air rassuré en voyant mes bras.

Wilde : Il faut que je t’explique. Ici, nous nous méfions des gangs, des gars qui portent des montres connectées. Ce sont de vraies saloperies parce que sous leur aspect high-tech, c’est un moyen hallucinant de garder toujours le contrôle sur toi !

Moi : Mais c’est surtout la police de VK qui porte ces machins-là ! Pour nous, de la ville basse, c’est trop cher !

Wilde : Ce qu’on veut, nous, c’est juste vivre différemment de ce que propose VK. Nous sommes libres et refusons de porter ces minirobots aux effets pernicieux.

Moi : Ces montres minirobots me faisaient plutôt envie…

Wilde : Si ce sont des montres aujourd’hui au poignet, on doit s’attendre à quoi demain ? À se faire greffer des puces sous la peau ? Non merci ! Comme les bœufs, les vaches… Il faut refuser, c’est du marquage d’élevage.

OK, il n’a peut-être pas tort mais je suis pressé par le temps, moi. Pressé de trouver Herbie. Pressé de trouver une pharmacie ouverte. Pressé de rencontrer l’homme tatoué.

Le vieux SDF au sourire édenté se rapproche à nouveau. Il se présente sous le nom d’Hermès et me demande si je connais l’Alliance. Moi : Plus ou moins. En fait, j’sais pas. C’est pas une légende urbaine ? Hermès : Ouvre bien tes oreilles, car ce que je vais te dire peut changer toute ta vie…

Hermès : La tradition du Mystère a toujours existé. Elle relie l’homme au monde invisible à travers les Messagers du Mystère qui guident et éveillent les hommes, qui eux sont limités au monde visible.

Moi : Vous parlez du monde invisible ? Hier soir, j’ai rêvé…

Hermès : Tu vois, le Messager du Mystère a l’Alliance avec un monde supérieur invisible et permet aux hommes d’être reliés avec ce monde. Cette alliance est composée de sept règnes, trois qui sont invisibles au-dessus de l’homme et trois règnes au-dessous de l’homme qui constitue le royaume visible de la Mère-Terre.

Moi : Alors un monde invisible existe vraiment ?

Hermès : Oui bien sûr et il est rempli d’esprits…

Dubitatif au début de la conversation, je commence à m’intéresser au sujet.

Le jeune SDF Wilde nous coupe : Il y a très longtemps, Urbansville était un Eldorado pour tous ses habitants. Ils vivaient en accord avec les règnes de la Mère-Terre sous la direction du Messager du Mystère. La ville était construite autour d’un immense parc, renfermant une citadelle avec un temple. C’est là que vivait le Messager.

Hermès : Entouré d’un cercle des sages !

Wilde : Puis la place tant convoitée du Messager a été usurpée par un homme, et après lui un autre… tous fourbes et avides de pouvoir. Au fur et à mesure, ils ont tout détruit et ont fait régner la terreur.

Moi : Comme VK aujourd’hui !

Wilde : Oui. Mais les Messagers et l’Alliance n’ont pas cessé d’exister pour autant. Ils ont toujours dû se cacher sous peine d’être poursuivis, arrêtés, voire condamnés à mort. Encore de nos jours, le Messager évite la police, se cache et préfère vivre dans le secret.


 Postes récents

Archive

Follow Us

  • YouTube - Grey Circle
  • Facebook - Grey Circle
  • Facebook - Grey Circle
  • Instagram - Grey Circle